Le bon timing pour chercher un logement étudiant

Un logement pour la rentrée : le bon timing

C’est fait ! Parcoursup a rendu son verdict et vous avez choisi (ou pas) votre établissement supérieur, par conséquent votre future ville de résidence. Il ne faut pas traîner pour chercher votre logement, à plus forte raison en cette année 2020. En temps normal, les mois d’avril et mai sont parfaits pour effectuer cette recherche, pour les étudiants qui savent où ils iront bien évidemment. À cette période en effet, mais c’est aussi le cas actuellement, les résultats des concours des grandes écoles ne sont pas encore arrivés, ce qui limite le nombre de postulants.

Les résidences universitaires, c’est maintenant

Profitez de cette période où il y a moins de « concurrents » pour entamer vos recherches de logement dès maintenant. En particulier si vous souhaitez loger dans une résidence du CROUS, les places y sont plutôt chères. Le dépôt des vœux pour un logement en résidence universitaire est ouvert jusqu’au 23 juin, et vous devriez connaître une semaine plus tard les résultats du « tour national ».

Une fois que vous aurez reçu l’email ou le SMS vous annonçant l’attribution d’un logement, encore une fois ne tardez pas, vous n’avez que sept jours pour envoyer votre confirmation en ligne. Si vous ne faites pas partie des chanceux, une phase complémentaire se tient du 9 juillet au 30 septembre, pour l’attribution des logements restants. Vous pouvez toujours tenter de renvoyer une demande, mais penchez-vous aussi, sur votre plan B, sur la solution de logement dans une résidence ou un appartement dans le privé.

Un logement dans le secteur privé

Même en ayant fait une demande de logement universitaire, commencez des recherches dès maintenant dans le parc privé. Et pour bien rechercher un logement, n’oubliez pas que la première étape est de constituer un dossier de location solide, qui vous donnera davantage de chances de décrocher le bail. Le timing est le même si vous avez quoiqu’il en soit opté pour un logement indépendant.

N’oubliez pas que 65,5 % des 2,2 millions d’étudiants français habitent hors du domicile familial - on vous laisse faire le calcul. Les recherches sont d’autant plus urgentes si votre future ville d’étude connaît un marché immobilier tendu, où les logements sont rares, à commencer bien sûr par Paris ou même Lyon. Si vous vous apprêtez à poser vos valises dans une ville comme Clermont-Ferrand ou Besançon, pour n’en citer que quelques-unes, vous aurez l’esprit un peu plus tranquille.

D’une manière générale, éviter le grand rush des mois de juillet et août est bien la meilleure stratégie. Vous aurez davantage de choix sur les logements vacants, plus de temps pour trouver la perle rare et moins de stress. Inconvénient, il est possible que le propriétaire vous demande de signer un bail partant d’un des deux mois d’été et non en septembre, période de la rentrée universitaire. Ce qui signifie un ou deux mois de loyer en plus à payer.

Des recherches en fonction de votre budget

L’argent justement, parlons-en. Et oui, c’est toujours le nerf de la guerre. Avant de commencer vos recherches, établissez votre budget, incluant le loyer, mais aussi le dépôt de garantie, les éventuels honoraires d’agence, les charges locatives et la taxe d’habitation. Vous saurez si vous pouvez prétendre à un T2 ou à un studio, et même si votre budget ne vous permet pas d’avoir votre propre appartement. Vous pouvez dans ce cas opter pour une formule de colocation (entre étudiants, ou intergénérationnelle…). Vous arrivez dans une nouvelle ville, pensez à vous informer sur le marché immobilier et le prix moyen des loyers. Là encore, cela vous permettra de resserrer vos recherches, en termes d’espace, de quartier, etc., et donc d’être plus efficace. L’argent pour un étudiant en recherche de logement, ce sont aussi les aides au logement (qui vous aideront à établir votre fameux budget) et les garants, bien souvent indispensables. Rappelez-vous que leurs revenus doivent être au moins trois fois supérieurs au prix du loyer. Astuce : disposer d’une lettre dans laquelle vos parents s’engagent à payer une partie de loyer est incontestablement un plus devant un bailleur.

Signer son bail

Dans les logements vides privés, la signature du bail se fait au moment de l’état des lieux. On l’a vu, il est donc possible que votre bail, et donc vos loyers, débute au 1er août par exemple.Et si vos recherches s’avéraient malheureusement infructueuses ? Pensez d’ores et déjà à un plan B que vous pourriez mettre en œuvre, concrètement des solutions d’hébergement temporaire, chez des amis, des proches de vos parents, en foyer, etc.