Comment choisir son contrat d’assurance

Vous avez trouvé votre nouveau logement et vous vous apprêtez à signer votre bail. Attention, vous ne pourrez pas obtenir les clés sans présenter une assurance habitation en bonne et due forme. On parle d’ailleurs de MRH pour Multirisques habitation. Avant de souscrire un contrat de ce type, mieux vaut comparer et adapter l’assurance à ses besoins réels.

La prime, mais pas que…

Bien sûr, le premier réflexe lorsque l’on choisit une assurance habitation est souvent de se baser sur le montant de la prime, c’est-à-dire la somme que l’on va payer annuellement pour en bénéficier. A plus forte raison lorsque l’on est étudiant avec un budget serré ! Cette prime est calculée en fonction de la taille du logement, mais aussi de la valeur du mobilier et des garanties offertes. Vous serez assuré pour le bien et ce qu’il contient, il vous faut donc évaluer, si vous n’intégrez pas un meublé, le prix de ce que vous possédez, meubles mais aussi équipements. A ce sujet, jouez la prudence en prenant des photos et en conservant les preuves d’achat. Que vous passiez par un assureur, un courtier ou une bancassurance, les garanties proposées varient d’un contrat à l’autre :
  • Risques incendie
  • Inondations et dégâts des eaux
  • Cambriolages
  • Catastrophes naturelles
  • Catastrophes technologiques
Logiquement, plus vous avez de garanties et mieux vous serez couvert – et donc remboursé – en cas de sinistre. Mais celles-ci doivent également être adaptées à l’environnement. Par exemple si le logement se situe dans une zone géographique où les orages sont fréquents, avoir une garantie contre les dommages électriques est préférable. Elle n’est pas incluse automatiquement dans une MRH, il faut la demander en option. La garantie bris de glace est généralement comprise, mais elle peut exclure les miroirs.

Garanties, quelles garanties ?

C’est fastidieux, cependant il faut en passer par là et lire attentivement toutes les clauses du contrat qui vous sera proposé. Mieux vaut prévenir… Les principales garanties énumérées ci-dessus doivent encore être passées au crible pour correspondre précisément à vos besoins. Une garantie dégât des eaux n’implique pas automatiquement la recherche de fuites en cas de sinistre. De même, une garantie vol est souvent soumise à certaines conditions comme l’état des fermetures, portes et volets.

Responsabilité civile et assistance

L’assurance multirisques habitation est systématiquement doublée d’une assurance responsabilité civile pour les occupants du logement, animaux de compagnie (hors chiens dangereux) compris. Vous êtes ainsi couvert pour les dommages que vous pourriez causer à des tiers - de manière involontaire - , dans le logement, mais aussi en dehors. Outre cette assurance responsabilité civile, vous avez la possibilité de demander l’intégration de garanties d’assistance dans votre contrat. Les plus courantes concernent le dépannage rapide en cas de problème de gaz, de plomberie ou de serrurerie, la prise en charge d’éventuels frais de relogement, ou encore l’indemnisation des frais de première nécessité en cas de sinistre.

Franchise et délai de carence

Voilà d’autres points sur lesquels il faut absolument se pencher avant se souscrire un contrat multirisques habitation : le montant de la franchise et le délai de carence. Concrètement, la franchise représente la somme que vous devrez quoi qu’il en soit débourser de votre poche si un sinistre survenait. Le montant de cette franchise peut être fixe ou bien correspondre à un pourcentage de l’indemnisation qui vous serait versée, avec là encore deux possibilités : avec ou sans plafond. Le délai de carence correspond à la période durant laquelle vous n’êtes pas assuré, bien qu’ayant signé votre contrat.

Attention aux clauses d’exclusion

Elles sont souvent indiquées en fin de contrat et pourtant il est hors de question de faire l’impasse sur leur lecture : les clauses d’exclusion ! Elles recensent l’ensemble des cas dans lesquels vous ne serez pas couvert par votre assurance en cas de sinistre. Certaines sont communes à tous les assureurs, comme les dommages dont la cause est antérieure à la signature de contrat (c’est alors l’assurance du propriétaire qui prend le relais) ou encore les dommages d’origine nucléaire. Mais d’autres exclusions peuvent être inscrites dans le contrat et doivent attirer votre attention. Pour ne citer que quelques exemples, et parmi les plus fréquentes, on trouve un vol commis par un membre de votre famille ou pendant une absence de plus de 60 jours que vous n’auriez pas déclarée à votre assureur comme un dégât des eaux. Sachez cependant que les exclusions de garantie peuvent toujours être négociées, mais vous obligent à souscrire une garantie optionnelle… ou à choisir un autre assureur !