Choisir entre la colocation et le logement individuel

Logement individuel ou colocation, comment choisir ?

Colocation ou logement individuel, ce n’est pas qu’une question de budget ! Votre caractère, vos petites habitudes, vos envies aussi, entrent en ligne de compte. Savez-vous ce qui vous convient le mieux entre ces deux solutions ?   Si vous lisez cet article, on imagine qu’entre les deux votre cœur balance. Nous allons donc vous aider à vous décider. Passons sur le côté convivial de la « coloc », qui séduit à peu près tout le monde, à moins que vous soyez solitaire et que vous ayez choisi une filière qui vous oblige une très grande rigueur de travail  - vous n’avez dans ce cas même pas à vous poser la question. Même si vous aurez forcément un espace bien à vous dans une colocation, il va aussi vous falloir partager, les pièces comme les tâches ménagères et les temps de vie, et bien sûr apprendre à composer avec les petites et les grandes habitudes de chacun. Par exemple, ce type de logement est déconseillé aux hypers maniaques, sauf à créer un club des fées du logis - cela dit l’inverse est également valable. Le roi du désordre devrait éviter la colocation.    

Les qualités du parfait colocataire, petit tour d’horizon

  La tolérance est d’ailleurs une qualité incontournable pour toute vie en colocation. Et ce, à tous les niveaux : inutile de se braquer si l’un des colocataires n’a pas rincé sa tasse de café, si un autre a laissé traîner une chaussette au pied de la machine à laver, de bouder pendant deux jours parce que votre voisin de chambre a ramené deux copains pour bosser sur les partiels, de déclarer la guerre parce que quelqu’un a mangé votre dernière crème au chocolat ou part de tarte. Tout cela ne vous viendrait même pas à l’esprit ? On commence à déceler en vous le bon colocataire.   Mais bien sûr ça ne suffit pas ! D’abord parce que la tolérance, ça marche dans les deux sens et ça fonctionne aussi avec le savoir-vivre et le savoir-être. On imagine mal ceux qui vivent avec vous être ravis de voir débarquer quinze personnes à la maison pour une fiesta improvisée à la veille d’un examen.   Ensuite parce qu’un minimum d’organisation est indispensable dans une colocation. Il faut donc que vous soyez prêt à accepter, voire même à initier, un règlement intérieur qui établira un minimum de règles de vie commune : répartition des tâches quotidiennes, élaboration et modalité du budget, acceptation ou non des animaux, planification de réunions, etc. Rassurez-vous, il existe pour cela d’excellentes applications. Citons Splitwise pour le budget ou Trello pour l’organisation. Et cela nous amène à une autre qualité inhérente au colocataire, le sens de la communication et de la conciliation. Eh oui, c’est un peu comme dans un couple, vous aurez certainement des concessions à faire. A plus forte raison, d’ailleurs, si vous devez intégrer une colocation déjà constituée. Vous tordez déjà du nez en vous disant que ce n’est pas jouable ? Recherchez vite un logement individuel. Ou bien constituez votre propre colocation ! Rien ne vous empêche de chercher un logement avec des personnes que vous connaissez déjà. Ne composez pas pour autant une colonie, cela pourrait effrayer d’éventuels propriétaires. D’une manière générale, il est recommandé de cohabiter avec des étudiants dont le mode de vie et le cursus d’études se rapproche du vôtre. Certaines filières sont en effet particulièrement exigeantes,  et la colocation avec de joyeux fêtards apparaît d’entrée inenvisageable, au vu du travail à fournir.    

Testez-vous avant de décider, rien ne vaut la mise en situation

  Si ne passez pas plus de dix minutes dans la salle de bains, si vous avez besoin de raconter toute votre journée en rentrant, si la perspective d’une soirée dans votre appartement vous ravi, si vous ne savez pas prendre une décision seul, mais que vous êtes aussi du genre à tenter en permanence d’apaiser les conflits, c’est bien simple : la colocation est faite pour vous ! Et encore plus si vous stressez à l’idée de quitter le cocon familial pour vous retrouver dans une ville inconnue.   Autre cas de figure… En rentrant à la maison, votre seule envie est de vous affaler sur un canapé pour regarder une série avant de prendre un bon bain chaud pendant une heure. Les fêtes, pour vous c’est oui, de temps en temps, et à condition que tout soit nettoyé sitôt les invités partis. Votre plus grand plaisir c’est une soirée au calme et vous avez suffisamment de confiance en vous pour prendre vos décisions seul. Il s’agit là d’un trait de votre caractère que tous vos proches qualifient d’indépendant, et parfois même d’impulsif. Ce qui peut d’ailleurs vous amener à déballer votre sac sitôt qu’un conflit apparaît, même s’il ne vous concerne pas à l’origine. Oubliez la coloc, vous êtes fait pour vivre dans votre propre logement. Ce ne sont là que deux exemples de réponses à des tests que vous trouverez facilement sur Internet. « Etes-vous fait pour vivre en colocation ? », « Pour quel logement étudiant êtes-vous fait »… Une simple recherche et vous pouvez y passer une soirée entière ! Et ce sera même, peut-être, l’occasion de découvrir qu’il existe des troisièmes voies entre le logement individuel et la colocation, comme la résidence étudiante qui vous permet de conserver votre intimité tout en ayant d’autres étudiants et des services à portée de main. Ou bien encore le logement intergénérationnel, qui associe calme et partage.   Toutes ces hypothèses ne doivent pas vous faire oublier un critère essentiel pour votre choix de logement étudiant : le budget dont vous disposez et le dossier que vous allez pouvoir monter pour intégrer un lieu de résidence, avec ou sans caution solidaire par exemple.   Vous avez désormais toutes les cartes en main pour vous décider entre colocation ou logement individuel. À vous d’opter pour la formule qui vous ressemble.